Edito



« La soirée d'Emmaüs »


Notre vie est rythmée par les venues et les départs de ceux et celles que nous chérissons. Que ce soient les membres de notre famille, que ce soient ceux et celles que les années d’école, les colonies de vacances, le voisinage, les voyages, le travail, le bénévolat, la foi et tant d’autres circonstances, nous ont fait la grâce de la rencontre. Cependant, très tôt, nous faisons l’expérience du manque, parce que nous ne pouvons pas rester toujours avec eux. D’où la joie des retrouvailles, souvent vécues avec cette demande dans le coeur : "Reste avec nous. "

La soirée d’Emmaüs semble être la plus belle parabole de ce qu’est la vie elle-même. L’évangéliste raconte l’épisode des deux hommes qui cheminent vers Emmaüs et sont rejoints par un inconnu, le soir même du dimanche de Pâques (Lc 24, 13-34). La présence de l’inconnu si réconfortante par ses paroles, doit presque céder le pas sur l’arrivée du destin, sans la demande qui est faite : "Reste avec nous, car le soir s’approche et déjà le jour baisse" (Lc, 24, 29).

Jésus demeure pour toujours, par le don de soi, le don de son Coeur ouvert d’où jaillissent l’Eglise et les sacrements, particulièrement le Baptême et l’Eucharistie. Le Baptême est la vie même du Ressuscité en nous ; l’Eucharistie est son centre de diffusion. Emmaüs c’est donc la vie donnée ; elle reste toujours, comme l’a dit saint Paul : "L’amour ne passera jamais" (1 Cor 13,8).

 


P. Savio Morais, ms